Hommage aux 8 victimes de la tuerie de Nanterre du 27 mars 2002

Dans la nuit du 26 au  27 mars 2002, un forcené ôtait la vie de 8 conseillers municipaux de Nanterre. Parmi eux, notre Consœur et amie Louiza Benakli. 20 ans après la tragédie qui a marqué la France entière, notre Barreau sera présent dimanche 27 mars pour la commémoration devant la mairie de Nanterre. L'occasion de ne pas oublier les 8 victimes abattues en plein conseil municipal et de se souvenir de Louiza, une avocate engagée, active au sein du barreau des Hauts-de-Seine et toujours présente dans le cœur des Consœurs et des Confrères.

Le barreau des Hauts-de-Seine sera représenté par le Bâtonnier Michel Guichard, Pierre-Ann Laugery, ancien Bâtonnier, Isabelle Clanet dit Lamanit, Bâtonnière élue , Fabien Arakelian, Vice-Bâtonnier élu et Dominique Tarquini-Lasne, salariée de l'Ordre des avocats et amie proche de la famille Benakli.

La cérémonie officielle au cours de laquelle prendront la parole le maire, Patrick Jarry, et Jacqueline Fraysse, qui occupait cette fonction en 2002, aura lieu le dimanche 27 mars à partir de 16h sur le parvis de l’hôtel de ville.

Des interventions artistiques du théâtre Nanterre-Amandiers, de la Maison de la musique, et du choeur d’enfants de l’école Balzac et du conservatoire à rayonnement départemental de Nanterre viendront ponctuer les prises de parole

.Un dispositif d’ampleur permettra à toutes les Nanterriennes et à tous les Nanterriens qui le souhaitent de se joindre à cette commémoration des 20 ans de la tragédie.

La construction de la mémoire collective, nécessaire pour faire face à l’horreur, passe aussi par des actes forts. Désormais dénommée "place du 27-Mars-2002", le parvis verra également dévoiler une stèle d’hommage aux victimes.

https://www.nanterre.fr/4248-le-27-mars-2002.htm

Le Barreau des Hauts-Seine n'a jamais oublié Louiza.

La salle du Conseil de l'Ordre porte son nom.

Nous avons accueilli au sein des équipes de l'Ordre sa fille Yasmine en alternance en 2021 et lui avons remis en 2017 les sommes d'un fonds de dotation constitué depuis 2002 par les avocats, puis placé par l'Ordre.

La tragédie du 27 mars 2002 a marqué au fer rouge la vie de notre barreau, de la ville de Nanterre, du département.

Nous souhaitons rendre hommage à Louiza Benakli mais également à toutes les victimes de la "tuerie de Nanterre" :  Christian Bouthier, Jacotte Duplenne, Monique Leroy-Sauter, Olivier Mazzotti, Valérie Méot, Michel Raoult et Pascal Sternberg et aux 18 autres élus et agents communaux blessés.

Lors de la cérémonie de remise du Fonds Benakli à Yasmine, en mai 2017, Pierre-Ann Laugery, Bâtonnier à l'époque avait eu ces mots forts qui résument l'effroi et à la tristesse face à ce funeste 27 mars 2002 :

De ce 27 mars terrible il nous reste un fait divers, presque un fait d’hiver, tellement le froid s’est abattu sur nous lorsque nous avons appris la nouvelle, cette violence aveugle, désincarnée presque innommable, cette violence qui sidère d’autant qu’elle s’exerce dans une enceinte de démocratie, d’échange et de combats pacifistes pour le bien d’autrui, le bien commun, cette violence du mal-être, qui arrache les êtres chers à leurs familles, leurs collègues, leurs amis et dont les conséquences dramatiques ont été si bien traduites en mots de paix par Jacqueline Fraysse, Maire courage de Nanterre.

Louiza Benakli
1961-2002

Louiza Benakli est née le 7 octobre 1961.

Louiza était avocate au Barreau des Hauts-de-Seine et avait prêté serment à Versailles le 17 décembre 1986.
C’était une femme humaine, dévouée et engagée.

Louiza a mis sa vie professionnelle au service d’autrui en assistant les plus faibles et les plus démunis. Très vite, elle s’investit au sein du Barreau dans la Commission Droits de l’homme. Toujours souriante, aimable et serviable, elle était appréciée de tous ses confrères et des membres du personnel de l’Ordre.

Louiza était aussi une féministe engagée auprès d’associations venant en aide aux femmes en difficulté (ex. Femmes solidaires). Elle s’impliqua également dans la défense de la cause kabyle.

Louiza était engagée politiquement : elle était membre du parti communiste français. Puis, elle s’engagea dans la politique de sa ville en devenant adjointe au maire de Nanterre, chargée du service de la petite enfance. Elle avait mis sa vie au service de tous.

A Nanterre, dans la salle du Conseil municipal, la nuit du 26 au 27 mars 2002, elle tombe, avec sept conseillers municipaux, sous les tirs d’un forcené.

Nous ne l’oublions pas.